mercredi 3 décembre 2014

Alain Soral ou la vérité nue

Les détracteurs d'Alain Soral ne sachant plus que faire pour le neutraliser, voila qu'on publie des correspondances privées accompagnées d'un selfie dénudé.

On est censé s'offusquer des propos tenus, ou se moquer du personnage pris en défaut ; on est surtout stupéfait devant le manque de prudence de Soral qui, se sachant à la fois haï et surveillé, envoie pourtant des textes et des photos compromettants à une inconnue.

Mais au fond, peu importe.

Car en réalité cela fait des années que Soral nous livre sa pensée dans sa nudité la plus complète, qu'il se met à poils intellectuellement en livrant le fond de ses réflexions sans retenue, ni langue de bois, ni faux-semblants, presque sans filtre. Sans jamais évacuer aucune question gênante. Ceux qui le suivent au quotidien ont pu voir sa pensée évoluer en direct, dans un spectacle bien plus fascinant que n'importe quelle émission de télé-réalité.

Soral, c'est la vérité nue. On se dit qu'il peut peut-être se tromper, mais on sait qu'il ne trompe pas, qu'il ne cache rien.

Paradoxe de notre époque qui aime afficher la nudité à tous va : publicités, calendriers ou militantisme politique, tout le monde se fout à poils. Mais la plupart du temps cette nudité sert à masquer la réalité. Les femmes nues des affiches publicitaires cachent le caractère sordide de la marchandisation capitaliste ; les seins agressifs des Femens sont le faux-nez de l'oppression mondialiste déguisée en résistance à l'oppression "patriarcale".

Seul Soral, sans souci du qu'en-dira-t-on, est vraiment nu.

Et par là-même, invincible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire